À Propos

Julien Lebon
Issu d'une formation classique,Julien Lebon s'intéresse aux Musiques du Monde en travaillant au Centre National de Recherche Pédagogique la Galerie Sonore d'Angers en 1996, puis commence à s'intéresser aux répertoires d'Europe de l'Est et répertoire oriental turc.
En 1999, il fonde avec deux amis, le groupe BASHAVAV (musique tsigane des Balkans) et part régulièrement pendant 10 ans en Europe de l'Est à la rencontre des musiciens Roms et de leur tradition.
Il se forme à la musique Roumaine avec Vasile Nasturica, s'initie à la musique de cabaret tsigane en Hongrie et travaille à Istanbul avec les musiciens Nedim Nalbantoglu et Baki Kemanci.
Depuis 2008 au fil des rencontres, il est amené à jouer d'autres répertoires : Dili Dili Swing (jazz manouche), Noche Blanca (flamenco), Këlem (slam oriental),les transformateurs acoustique (fanfare).
Actuellement, Julien continue toujours de voyager et de se former, plus particulièrement aux musiques de cabaret hongrois avec le Trio Dallam et au répertoire des musiques ottomanes dans les groupes YILDIZ (chansons d'Anatolie) et Za'atar  (jazz turc).
illustration Dallam Ju.jpeg
illustration%2520Dallam%2520Fred_edited_
Frédéric Dupont
Cymbaliste percussionniste autodidacte, Frédéric aborde les cordes frappées par des instruments rudimentaires de sa fabrication en 1998. Il en joue alors de manière intuitive, inspiré par les musiques du monde et des instruments tels que la cora, le balafon ou les cithares asiatiques.Il accompagne notamment des spectacles de marionnettes et monte avec la chanteuse harpiste Mandragore son premier répertoire de cabaret (musique et chants de la méditerranée et des balkans) pour l'Auberge du Chat-pitre à Rennes.
Il découvre le cymbalum hongrois lors des spectacles cabarets "La Baraque" de la Compagnie Dromesko à Rennes en 1996 et également avec le groupe Urz Karpatz.
En 2006, il débute le cymbalum portatif "tambal mic" avec le collectif Pasdnonpasdmaison (répertoire balkanique) et ensuite avec Jérôme Block et le Beygale Orkestra (répertoire de danse klezmer). Après des stages et des rencontres de musiciens en Roumanie, il commence à travailler le grand cymbalum en France avec le cymbaliste Moldave Mihaï Trestian (Translave, Dobrogia, Gerardo Jerez Lecam quartet). En 2012, il co-fonde le groupe Tarafikants (répertoire traditionnel roumain, cabaret et danse) et en 2017 il aborde sur le cymbalum de concert le répertoire de cabaret hongrois avec le Dallam Trio.
illustration Dallam Olivier.jpeg
Olivier Lecointre
Musicien autodidacte, Olivier Lecointre s'initie aux musiques d'Europe de l'Est et des Balkans depuis près de 20 ans, d'abord en tant que guitariste avec le groupe Rennais Poïkilos. C'est principalement cet univers musical qui l'amène ensuite à s'intéresser à la contrebasse qu'il pratique rapidement en groupe dans Zatchem notamment.
Il perfectionne alors sa technique en suivant des cours de contrebasse classique et de jazz au conservatoire de Redon où il joue également en orchestre.
Parallèlement à la musique écrite, il enrichit son jeu depuis 2014 au sein du groupe nantais Rom Sucar , (dont certains musiciens font partie de la famille tsigane du Taraf de Haïdouks de Cléjani)), par une transmission orale de la musique.
Il rejoint également le groupe Rennais Tarafikants en 2014 puis s'associe au projet Dallam Trio à partir de 2017.